Écrire pour mieux imaginer

« Ecrire pour mieux s’évader », « mieux respirer », « mieux imaginer » par Mam’zelle Colibri (Lorraine Jeanne)

Mam’zelle Colibri

Écrire pour mieux s’évader
Sur les rivages sans limites
D’une mer de possibilités
Emplie de pensées qui vont vite.

Écrire pour mieux respirer
Dans un monde qui s’effrite.
Bientôt l’ours polaire affamé
Disparaîtra de façon « fortuite ».

Écrire pour mieux imaginer
Une fin heureuse, ensuite,
À ce monde automatisé
Où l’argent promets la réussite.


Pssst… si vous voulez me suivre, je suis sur FacebookTwitter et Instagram !

View original post

Ségou/Exposition – ‘’Fali Galaka’’ : les ânes ségoviens au cœur d’un questionnement artistique

MALI / CULTURE – « +Fali Galaka+ : les ânes ségoviens au coeur d’un questionnement artistique » par Aboubacar Demba Cissokho, blog Le grenier de Kibili, février 2018.

Le grenier de Kibili

Du 1-er au 4 février 2018, la station-service Daou de Ségou, Boulevard de l’Indépendance, sur la Route nationale N°6, a abrité l’exposition ‘’Fali Galaka’’  de la photographe Delphine Gatinois, qui a allié installation et performance autour d’un personnage particulier mais très visible dans l’univers de cette contrée du Sahel qu’est Ségou : l’âne. Il ne s’agissait pas de se livrer à une opération de défense de la cause d’animaux en péril – même si le sort qui est mis en lumière peut incliner à cela – mais d’un projet qui, partant de dynamiques socioculturelles  internes, tente de poser un regard créatif et de faire ressortir une dimension artistique.

fg2

Le nom ‘’Galaka’’ est celui l’on donne aux sandales en plastiques portées pour aller dans l’eau. « Ce sont des chaussures bon marché que les apprentis des cars de transport ‘’Sotrama’’ portent », explique l’artiste, précisant qu’il s’agit, avec le titre de la présentation…

View original post 391 mots de plus