Lecture du vendredi 25 octobre 2019 : René Char

(Billet rattrapé.)

Avec des illustrations de Jean Arp et Georges Braque. Première édition de « Lettera amorosa » : Gallimard, 1953. Première édition de « Guirlande terrestre » : Gallimard, 1996.

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

*****

Extraits

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Une forêt nombre de fois centenaire… qui reste à semer

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« Je voudrais me glisser dans une forêt où les plantes se refermeraient et s’éteindraient derrière nous, forêt nombre de fois centenaire, mais elle reste à semer. C’est un chagrin d’avoir, dans sa courte vie, passé à côté du feu avec des mains de pêcheur d’éponges. +Deux étincelles, tes aïeules+, raille l’alto du temps, sans compassion. »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

Puis ressusciter dans un torrent bouillonnant de tes couleurs

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« Parfois j’imagine qu’il serait bon de se noyer à la surface d’un étang où nulle barque ne s’aventurerait. Ensuite, ressusciter dans le courant d’un vrai torrent où tes couleurs bouillonneraient. »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

« Tu es plaisir, corail de spasmes »

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« Tu es plaisir, avec chaque vague séparée de ses suivantes. Enfin toutes à la fois chargent. C’est la mer qui se fonde, qui s’invente. Tu es plaisir, corail de spasmes. »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

« La chance unique »

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« Je ris merveilleusement avec toi. Voilà la chance unique. »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

Le rêve d’un monde qui « débuterait avec les intentions »

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« Qui n’a pas rêvé, en flânant sur le boulevard des villes, d’un monde qui, au lieu de commencer avec la parole, débuterait avec les intentions ? »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

« Souvent je ne parle que pour toi« 

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« Nos paroles sont lentes à nous parvenir, comme si elles contenaient, séparées, une sève suffisante pour rester closes tout un hiver ; ou mieux, comme si, à chaque extrémité de la silencieuse distance, se mettant en joue, il leur était interdit de s’élancer et de se joindre. Notre voix court de l’un à l’autre ; mais chaque avenue, chaque treille, chaque fourré, la tire à lui, la retient, l’interroge. Tout est prétexte à la ralentir.

Souvent je ne parle que pour toi, afin que la terre m’oublie. »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

« Regarder la personne humaine sous l’angle du ciel »

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« L’exercice de la vie, quelques combats au dénouement sans solution mais aux motifs valides, m’ont appris à regarder la personne humaine sous l’angle du ciel dont le bleu d’orage lui est le plus favorable. »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

« L’égal du soleil comme de la nuit »

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

« Celui qui veille au sommet du plaisir est l’égal du soleil comme de la nuit. Celui qui veille n’a pas d’ailes, il ne poursuit pas. »

(René Char, « Lettera amorosa » et « Guirlande terrestre »)

¤¤¤

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

*****

Coumba Sylla

@ Dakar

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s