Lecture du vendredi 12 juillet 2019 : Amadou Hampâté Bâ

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Extraits

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

L’hyène, alias « Pelage fauve sale »

– Qui est là ?

– Moi, Lion, Roi de la brousse et le plus puissant des quadrupèdes, ainsi que l’Hyène ma servante fidèle dont une plate vassalité a fortement abaissé le train arrière.

– Ouhou ! Ouhou ! Je suis Hyène, citoyenne de la brousse…

– Tais-toi, pelage fauve sale !

(Amadou Hampâté Bâ, « Le chasseur et son cordonnier, ou le comble de l’ingratitude », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

« Ce ne sont pas toujours les mêmes qui font la loi »

– Bonjour, Dératée (hyène) ! A ce que je vois, ton arrière-train est encore plus surbaissé que de coutume. Qu’est-il donc advenu ?

– Ô Oreillard (lièvre) ! Je viens de vider un différend avec la Grosse Tête [le Lion]. Je lui ai montré que les choses d’ici-bas changent parfois à l’improviste et que ce ne sont pas toujours les mêmes qui font la loi. Pour me prouver qu’il était toujours le plus fort, le lion m’a provoqué en duel. Il bondit sur moi et me heurta de toute la puissance de sa poitrine, mais au lieu de m’ébranler, c’est lui qui est allé s’écraser sur ses fesses, tombant si brutalement qu’il en déposa, bien malgré lui, un petit ‘tas de honte’, témoin de sa défaite. Après une deuxième et une troisième collisions, le lion comprit qu’à la fin il ne lui resterait plus rien dans les boyaux. Il me demanda donc la paix, juste au moment où j’allais lui administrer une quatrième correction, une volée de coups qui aurait achevé de l’estropier pour le reste de ses jours.

– Eh ! Dératée ! Ton affirmation m’étonne. Je ne puis croire ce que tu me dis.

(Amadou Hampâté Bâ, « L’Hyène et le Lion endormi », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

Du nez aux yeux

« Chez la gent non ailée,

Ce sont les narines qui aspirent le tabac,

Mais ce sont des yeux qui versent des larmes. »

(Amadou Hampâté Bâ, « Les trois pêcheurs », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

« Une éclipse de la grâce divine »

« Cette année-là, il y eut une éclipse de la grâce divine. La bienveillance du Créateur resta suspendue entre terre et ciel. La pluie cessa de tomber. Les gorges se desséchèrent. La surface de la terre se recouvrit de gerçures. Aucune herbe nouvelle ne poussait plus, les anciennes dépérirent.

Pour finir, il n’y eut presque plus rien à manger, ni pour les hommes, ni pour les animaux. On ne trouvait plus la moindre goutte d’eau nulle part. Les vers de terre grignotèrent les racines des plantes. Les termites en rongèrent les feuilles et les branches. Les oiseaux se nourrirent des vers. Les rapaces mangèrent les oiseaux.

Bref, les êtres s’entre-dévorèrent (…). »

(Amadou Hampâté Bâ, « L’odieux prétexte d’Hyène Père », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

Ce que la faim peut pousser à faire…

« La faim ne se contente pas de chasser l’hyène du bois, elle lui fait aussi dévorer son fils. »

(Amadou Hampâté Bâ, « L’odieux prétexte d’Hyène Père », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

« La force du mensonge »

« Telle est la force du mensonge qu’à force d’être répété, un beau jour le menteur lui-même finit par y croire. »

(Amadou Hampâté Bâ, « Le mensonge devenu vérité », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

« Un chef n’est pas une vache laitière »

« Un chef n’est pas une vache laitière, mais un berger qui doit savoir mener les laitières au pré.

Si les administrés veulent que le roi soit juste, ils doivent savoir quoi lui demander car, en fin de compte, c’est d’eux-mêmes que le roi tirera ce qu’ils exigeront. »

(Amadou Hampâté Bâ, « La révolte des bovidés ou Le jour où les bœufs voulurent boire du lait », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

Rester zen

« Frère, sache qu’en toute circonstance, mieux vaut garder son calme et ne point se laisser emporter par ses soupçons, car les apparences sont souvent trompeuses…

Sache-le aussi, la prudence commande de ne pas se fier à son seul savoir pour croire que l’on peut affronter n’importe quoi. La présomption, l’entêtement et la curiosité malsaine ont conduit plus d’un à une triste fin. »

(Amadou Hampâté Bâ, « Satan et Martakoumpa », dans « La poignée de poussière – Contes et récits du Mali »)

¤¤¤

(Photo : Coumba Sylla)
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Voir aussi :

• Inna Hampâté Bâ, « Quand la douleur se fait mots », Editions CEDA / NEI, 2007

• Kady Kadet, « Lettre d’Amadou Hampâté Bâ à la jeunesse », SupMag, 10 mai 2019

« Certes, qu’il s’agisse des individus, des nations, des races ou des cultures, nous sommes tous différents les uns des autres ; mais nous avons tous quelque chose de semblable aussi, et c’est cela qu’il faut chercher pour pouvoir se reconnaître en l’autre et dialoguer avec lui. Combien ennuyeux et monotone serait un monde uniforme où tous les hommes, calqués sur un même modèle, penseraient et vivraient de la même façon ! N’ayant plus rien à découvrir chez les autres, comment s’enrichirait-on soi même ? »

 

¤¤¤

Coumba Sylla

@ Dakar

Un commentaire sur “Lecture du vendredi 12 juillet 2019 : Amadou Hampâté Bâ

  1. Bonjour chèr (e) Coumba Sylla, je trouve intéressant en « errant », comme à l’accoutumer, vers mon périple « web information » pour me renseigner à jour sur des penseurs qui me fascinent et me façonnent continuellement. Je partais ainsi pèlerinage au cher Pr Souleymane Bachir Diagne pour voir son dernière intervention avec le Pr Bado Ndoye et ses autres collègues, à Tunis, et subrepticement je suis tombé sur votre page plein d’enseignement. J’encourage et félicite en fait l’initiative, avant de demander comment faire pour participer aux rencontres que vous organisez ou c’est seulement en ligne? ( en l’occurence « lecture de vendredi, samedi musique, errances et pré errances ».

    Bien cordialement !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s