Anti-platitudes

DAKAR – La Terre est ronde, heureusement pour nous. Nous n’y pensons pas (enfin, peut-être pas souvent, et peut-être seulement certains d’entre nous), mais c’est une vraie chance ! Autrement, comment l’amour (selon les uns) ou l’argent (selon les autres) ferait tourner le monde ?

« Il paraît qu’il y en aurait qui se damnent

Pour du pouvoir, pour de l’or

Chacun sa façon de brader son âme

On les plaint pour ce qu’ils ignorent »

(Fredericks – Goldman – Jones, « Un, Deux, Trois »)

Ah, le combat entre les romantiques pour qui « Love makes the world go round », comme ils l’énoncent dans un mauvais français, et les matérialistes pour qui « Money makes the world go round », en mauvais français ! Personne n’a réussi à les départager pour l’instant. Mais revenons sur terre.

Sphéroïde

Donc, elle est ronde, la Terre. Plutôt sphéroïde ou « ellipsoïde de révolution aplati », comme l’affirment les savants avec leurs mots qui remplissent une partie du cerveau tellement on doit se concentrer pour les retenir ! (Attention : notez bien ici l’« aplati » de l’ellipsoïde, car si ce n’est pas aplati, c’est donc son frère allongé comme njool (*), et si c’est allongé, c’est comme un ballon de rugby. Ce n’est pas pareil.) En tout cas, notre Terre, elle n’est ni carrée, ni rectangulaire, ni triangulaire. Et si elle avait été plate, comme une crêpe ?

– Il y en a qui le croient.

– Qui le croyaient il y a quelques siècles, j’imagine. Je n’y étais pas, mais il paraît qu’il y en a qui ont été tués pour avoir dit qu’elle est ronde. C’est aujourd’hui une question réglée.

– Apparemment pas pour tout le monde. Vous n’avez pas entendu cette histoire rapportée par Jeune Afrique en avril 2017 sur une thèse sur la « platitude » du monde commencée six ans plus tôt à Sfax, en Tunisie ? Et il y a un prédicateur, un rappeur, des sportifs, plus cet homme qui voulait lancer une fusée pour prouver sa théorie aplatisseuse

– Tout ça, ce n’est pas pour de rire ?

– Apparemment pas pour eux.

– Comme ce président qui croit que la Nambie est un pays ?

– Que… quoi ?

– Vous n’êtes pas sur Twitter ?

– Non.

– Tout s’explique. Ce que je veux dire, c’est que la Nambie, c’est pareil, ce sont des bobards. Les platistes, ils bonimentent, moi, j’élucubre.

– Vous faites un mélange bizarre quand vous élucubrez, quand même…

– C’est réglé, enfin ! Par Galilée et Copernic, je peux continuer ?

– Pardon, je vous en prie, élucubrez.

Une crêpe, hmm…

Donc, la Terre est ronde (je répète, on ne sait jamais : La Terre est ronde !), c’est démontré. Mais si elle avait été plate comme une crêpe, ce serait, peut-être, enfin, un délice pour tout le monde, d’y vivre ! En mal de trajectoire, les balles arrêteraient peut-être de siffler, les missiles et bombes de tomber, toutes les conneries du même genre de fonctionner. Tout ce qui détraque actuellement notre monde et le fait tourner de travers apprendrait à filer droit. Et ce serait savoureux pour l’humanité. Parce que c’est bon, une crêpe bien faite, hmm… Le bonheur, n’est-ce pas de pouvoir profiter de ce qui est bon, à la bonne heure ?

Une crêpe, ce n’est pas compliqué à faire. Quand c’est simple, on ne se prend pas la tête (et pas de crêpage de chignon) ! Aussi simple que 1, 2, 3, 4.

– Comme « Un, deux, trois / Pretty Mama… » de Fredericks – Goldman – Jones ?

– Non. Comme 1 : un sachet de sucre vanillé. 2 : deux verres de farine. 3 : trois œufs. Et 4 : quatre verres de lait. Il faut mélanger tout ça et…

 

– Attendez. Quand vous dites « verre », il s’agit de quel verre ? Un verre à bière, à champagne, à eau, à thé ?

– Pour la bière, je crois qu’on appelle ça une chope. Pour le champagne, une flûte. Il faudra vérifier avec les spécialistes…

– Il faut des spécialistes, pour ça ?

– … Et pour le thé, c’est un teminwɛrɛ

Temin quoi ? Jamais entendu parler.

– Vous n’êtes pas au Mali ?

– Non.

– Vous ne parlez pas bambara ?

– Non.

– Tout s’explique. Te, thé ; min, boire ;  wɛrɛ, verre. Certains disent simplement Numéro 8, pour le chiffre sur le fond du verre, vous voyez ?

CS15122017-05
(Capture d’écran de Bambara.org)

– Mais cela ne me dit pas quelle taille de verre il faut, pour la recette de la crêpe.

– Pour le volume du verre, tablez sur 20-25 cl.

– Il faut le remplir à moitié ou à ras bord, le verre ?

– Laissez tomber le verre, je vois que ça vous casse les… que ça vous tracasse. Disons deux cuillerées à soupe pour avoir la quantité d’un verre. Donc, notre recette sera aussi simple que 1, 4, 3, 12. Un sachet de sucre, quatre cuillerées à soupe de farine… Vous suivez toujours ?

« Pour l’instant, il a si peur qu’il vous dira que le monde a la forme d’un triangle. »

(Jack Malone dans « FBI – Portés disparus« )

 

Bien. Vous mélangez votre sucre vanillé avec la farine, tout ça avec les œufs, vous délayez, vous laissez reposer votre pâte à crêpe, le temps de lire deux ou trois nouvelles de Maeve Binchy, une Irlandaise – parce que j’aime beaucoup sa plume. Mais vous êtes libre de lire qui ou ce que vous voulez.

CS15122017-06
(Photo : Coumba Sylla)

Ou le temps d’écouter trois ou quatre titres de Lokua Kanza, un Congolais – parce que l’écouter, c’est déjà être un peu heureux. Mais vous êtes libre d’écouter qui ou ce que vous voulez.

A poêle, les crêpes !

J’ai failli oublier, mettez une pincée de sel dans votre pâte à crêpe quand vous avez fini de lire ou d’écouter la musique choisie.

Allumez le feu, graissez votre poêle, faites vos crêpes et voilà !

Ca se déguste chaud, de préférence, avec du sucre glace, du chocolat, de la confiture. D’ici, j’entends des voix du Québec dire que ça « goûte » bien aussi avec le sirop d’érable. Et si ça ne vous dit pas de les manger sucrées, vos crêpes, vous pouvez faire des mélanges salés, avec du blanc de poulet ou des légumes sautés, de la sauce béchamel, un peu de fromage, enrobez, enfournez. Encore une nouvelle ou une chanson, abracadabra ! C’est prêt !

– Mais… et la Terre ?

– Ne m’en parlez pas ! Toujours empêtrée dans des catastrophes, alors qu’il y a une armée de gens qui s’occupent – ou prétendent s’occuper – d’elle. Mais ici et maintenant, il y a des crêpes à déguster.

– A quel moment avez-vous arrêté d’élucubrer ?

– Quand j’ai commencé à faire cuire les crêpes. On m’a appris à ne pas plaisanter avec la nourriture. Et je vous l’ai dit, les crêpes, ça se déguste chaud. Je vous en laisse ?

CS15122017-09
(Photo : Coumba Sylla)

– Vraiment, je…

– A un, je pars.

– Mais je…

– Trois, deux, un…

A la prochaine !

Coumba Sylla

(*) Njool [ndiol] : (wolof) élancé, de grande taille.

N.B. : Une version légèrement différente de ce texte a été publiée dans le journal satirique Le P’tit railleur sénégalais du 12 décembre 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s