Lectures du vendredi 21 septembre 2018

CS21092018-002
(Photo : Coumba Sylla)
CS21092018-003
(Photo : Coumba Sylla)
CS21092018-004
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

CS21092018-005
(Photo : Coumba Sylla)
CS21092018-006
(Photo : Coumba Sylla)
CS21092018-007
(Photo : Coumba Sylla)

*****

EXTRAITS

CS21092018-008
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Des « mots incisifs » sur des maux

« Du Mandé de ses ancêtres aux traumatismes de la colonisation en passant par les actualités brûlantes du continent africain et aux drames de l’immigration, il [Habib Dembélé] revisite tous les évènements importants à l’aide de ses mots incisifs. S’il dénonce l’Occident qui pille le continent depuis la nuit des temps, il n’épargne pas les Africains qui, sans vergogne, font de même. »

(Aboubacar Eros Sissoko, préface à « Un artiste dans la cité »)

CS21092018-009
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Personne

– Il y a quelqu’un ?

– Non, il n’y a personne.

– Et vous alors ?

– Je suis le gardien.

(Habib Dembélé « Guimba », « Un artiste dans la cité »)

CS21092018-010
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

« Grands maîtres du système vital de l’immigration »

« Les immigrés dans les foyers en France, les plus grands maîtres du système vital de l’immigration, savent, eux, ce qu’ils sont, d’où ils viennent, pourquoi ils sont là et sans aucun complexe. »

(Habib Dembélé « Guimba », « Un artiste dans la cité »)

CS21092018-011
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

« L’Afrique est-elle intelligente ? »

« Il est temps que tu sois décolonisée, Afrique (…). »

« L’Afrique est-elle intelligente ? Si oui, quelle orientation faut-il donner à l’intelligence de l’Afrique ? La toute première et la plus importante, celle qui est indispensable et urgente, même très urgente, est son orientation vers sa décolonisation totale et définitive, et, à mon avis, tout le reste suivra sans entrave. »

(Habib Dembélé « Guimba », « Un artiste dans la cité »)

CS21092018-012
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

L’humain au centre

« Je ne fais pas là un voeu… Si je dois en faire, c’est bien celui d’une mondialisation à visage humain, un équilibre social généralisé où l’homme pourra, sans aucune discrimination, communiquer avec l’homme en frère et en ami, sans autre intérêt que la magnificence de la race humaine, car l’humanité ne sert à rien si ses valeurs ne servent pas l’homme. »

(Habib Dembélé « Guimba », « Un artiste dans la cité »)

CS21092018-013
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

CS21092018-014
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Poésie, « science de l’intime »

« La poésie est-elle le secret dévoilé ? L’enfant de l’esprit enfin accouché ? Accouché de lui-même à lui-même ? Touria [Ikbal] nous fait assister en direct à la naissance de la conscience de l’être, de souvenir en sous-venir. (…) La poésie est, certes, moyen de connaissance : la science de l’intime. »

(D. Dunogent, préface à « Propos précoces »)

CS21092018-015
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Prête-moi donc tes yeux

« Je voudrais emprunter ton regard

Pour voir à quel point je suis belle

A tes yeux »

(Touria Ikbal, « Propos précoces »)

CS21092018-016
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Rêver jusqu’au bout

« Ne te hâte de venir

O matin

Je voudrais que mon rêve

M’emmène jusqu’au bout »

(Touria Ikbal, « Propos précoces »)

CS21092018-017
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

A la page Horreurs humaines

« Je tourne le monde

Comme si c’étaient les pages d’un livre

Aucune page ne m’interpelle

Ni celle de l’eau

Ni de l’air

Ni de la terre

Ni du feu

Les Hommes

Que d’horreurs

Contient

Cette page-là »

(Touria Ikbal, « Propos précoces »)

CS21092018-018
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

Couple déconcertant

« Dans leur marche unie

Vers l’infini

L’un construit

L’autre détruit

L’un est ennemi

L’autre partisan

L’un est toujours vainqueur

L’autre peut être vaincu

L’un est tumultueux

L’autre stable

Le couple le plus déconcertant

L’espace et le temps »

(Touria Ikbal, « Propos précoces »)

CS21092018-019
(Photo : Coumba Sylla)

¤¤¤

CS21092018-020
(Photo : Coumba Sylla)

Coumba Sylla

*****

A toutes fins utiles…

« Habib Dembélé : l’exil pour les planches », par Nathaniel Herzberg, Le Monde, 15 décembre 2006.

Extrait :

« Cet homme est une star. Au Mali, son pays, Habib Dembélé a reçu toutes les récompenses. Vedette de série télévisée, monstre sacré du one-man-show, rénovateur du théâtre populaire, acteur phare du cinéma africain, et accessoirement ancien candidat à l’élection présidentielle, il est vénéré par les petits, craint par les grands.

Cet homme est une référence. Il occupe une des places les plus enviées du théâtre français. Choisi par Peter Brook, en 2002, pour interpréter Polonius dans La Tragédie d’Hamlet, il monopolise depuis les premiers rôles de ses productions. Et, comme le vieux sorcier anglais reste le metteur en scène français le plus connu à l’étranger, Habib Dembélé parcourt à ses côtés les cinq continents, passant de festival en théâtre illustre et d’hôtel en aéroport international. »

¤¤¤

Habib Dembélé dans un extrait d’une pièce de théâtre intitulée « Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ ». L’oeuvre, créée en 2018, est un texte de Bernard Magnier mis en scène par Hassane Kassi Kouyaté.

Cette vidéo et bien d’autres avec l’artiste figurent sur la chaîne YouTube de Françoise Wasservogel.

¤¤¤

C.S.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s